Permaculture : 3 conseils pour se lancer

il y a 6 mois 225

De l’anglais permanent culture, « culture permanente », ce concept a été fondé par deux Australiens lors du choc pétrolier dans les années 1970. L’objectif ? Créer une harmonie entre la nature et l’homme, afin que celui-ci vive durablement sur cette planète en concevant des systèmes nourriciers, sociaux et urbains efficaces.

Applicable à toutes les échelles (balcon, jardin, rue, ville, région, etc.) et à tous les secteurs (vie personnelle, associative, finances, construction) ce système prend tout son sens en agriculture. L’homme doit alors pouvoir se nourrir sans épuiser ni abîmer la Terre pour continuer à la cultiver.

La permaculture se fonde ainsi sur une méthodologie, appelée le « design », qui permet de créer un écosystème harmonieux, naturel, autonome et respectueux de la nature. Trois éléments servent de fil conducteur à cette philosophie : des éthiques (valeurs universelles), des principes (lois universelles de la nature) et des techniques et outils adaptés au contexte de chacun.

Même si la découverte de la permaculture passe inévitablement par une phase de documentation, il est nécessaire de comprendre comment fonctionne son espace avant d’intervenir. Comment la vie s’est-elle développée dans votre jardin ou sur votre balcon ? Cette analyse permet de réfléchir avant d’agir, afin de traiter la nature dans sa globalité, sans opposer les différentes formes de vie, mais en les faisant interagir entre elles.

Ainsi, s’il y a des pucerons dans votre jardin, regardez s’il y a des coccinelles avant d’essayer d’éliminer les pucerons par des produits phytosanitaires. Les bêtes à bon dieu se nourrissant des pucerons, elles sont à même d’empêcher une invasion. La présence d’un nuisible du jardin et de son prédateur est donc une excellente chose car un équilibre s’installe, évitant de mettre en danger vos cultures.

Dans un espace harmonieux, la faune et la flore doivent cohabiter dans une même dynamique, la première ayant une importance capitale dans le développement de la seconde. Installez par exemple un hôtel à insectes, qui permettra d’accueillir les auxiliaires du jardin. Choisissez du bois naturel, non traité. L’idéal est de placer le dispositif près de plantes telles que le romarin, la lavande, le thym, etc. car elles attirent les insectes pollinisateurs notamment. Pour ceux qui possèdent un jardin potager, un vieux tas de bois en train de se décomposer accueillera sans doute de nombreux insectes et autres petits animaux utiles aux cultures.

Lire l’article complet